6- Des nouvelles depuis Bamako (1ere partie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

6- Des nouvelles depuis Bamako (1ere partie)

Message par Admin le Lun 8 Nov - 13:20

Voici un petit résumé depuis que j'ai quitté Atar le 26 octobre
Je quitte donc cette famille chez qui je suis depuis 6 jours. Tout le monde est ému. j'emmène cependant Dah le second des fils. A Nouakchott il ne me quittera pratiquement pas, prévenant le moindre de mes désirs, il faudra que je me fâche pour qu'il aille voir ses camarades.

Je reste 3 jours dans un petit hôtel de cette capitale en évolution constante. J'en profite pour faire faire mon visa du Mali et visiter un petit peu.

Samedi 30 octobre je reprend la route en direction de Rosso que j'atteins vers midi. De là je vais prendre une piste qui passe par Boghé, Kaédi, M'bout, Sélibali et remonter sur Kancosa.
Première surprise après 30km la piste se transforme en une belle route qui me conduit au soir à Boghé. Je n'y trouve que des hôtels / auberge plus cher qu'à Nouakchott aussi je vais dormir dans la voiture à coté du poste de police à l'entrée de la ville où je suis très bien accueilli
De Boghé à Kaédi encore du goudron mais en moins bon état.
Kaédi, je visite la ville (voir photo) Au bord du fleuve je rencontre de nombreux maliens qui lavent le linge des mauritanien pour un salaire de misère.
De Kaédi à M'bout, 120 km d'une bonne piste en passe d'être goudronnée.
De puis Rosso, les paysages sont selon moi,beaux. Comme il à plu récemment, la brousse est plutôt
verdoyante, de nombreux point d'eau permettent d' abreuver les troupeaux d'ânes de vaches, moutons et chèvres qui sans cesse traversent la piste.
J'ai pris à Kaédi un jeune peul en stop, il se rend sur le chantier de la route à M'bout. A un contrôle de gendarmerie on l'oblige à descendre « pour ma sécurité » j'ai beau insister rien n'y fait, j'en suis désolé pour lui et aussi il était sympathique et m'a bien tenu compagnie.
Ce matin j'ai emmené une très belle femme, comme peuvent l'être les peuls. Elle à sorti son porte monnaie au moment de me quitter mais j'ai bien évidemment refusé.

A M'bout je prend une douche au seau dans un restaurant tenu par Fama une jeune peul (30 / 35 ans) qui a 5 enfants.
Il fait très chaud aussi je passe l'après midi à l'ombre avant de faire un tour rn ville. M'bout Pas d'essence pas d'internet presque pas d 'éclairage, les rues sont en sable avec des monceaux de déchets plastique. Les voitures soulèvent des nuages de poussière qui restent longtemps en suspension dans l'air chaud.
M'bout est une ville du M'bout du monde (facile!) qui sera bientôt reliée par une route en construction à Kaèdi d'un coté et Sélibabi de l'autre.
Je passe une très bonne soirée devant le restaurant (à l'intérieur y règne une chaleur d'enfer) assis sur des nattes étalées à même la rue, à discuter avec les uns et les autres. Je dors dans la voiture.

Au matin dans le couloir du restaurant pour avoir un petit courant d'air rafraichissant, sur une natte je prend le petit déjeuner en compagnie de Fama et de ses enfants qui jouent avec moi. Magie du moment, c'est pour de tels instants que j'aime le voyage. J'aurais aimé que ce moment se prolonge mais le temps ne s'arrête pas et il faut partir....

Piste pour Sélibabi , roulante mais par endroit en train d'être transformée en route
Paysage superbe.
Poussière.
A la sortie de M'bout j'ai pris un viel homme, par de légers mouvements de la main posée sur ses genoux, il m'indique les meilleurs passages à prendre. Quand d je le laisse c'est une vielle femme qui prend s place. sur quelques km. Elle aussi veut me payer. C'est quand même curieux, pourquoi seules les femmes veulent me payer ?

A chaque contrôle de gendarmerie ( je dois en être à plus de 70 depuis que je suis entré en Mauritanie), on me demande mes papiers, je sors une fiche que j'ai préparée et photocopiée avec tous les renseignements utiles et cela suffit généralement. C'est toujours très courtois, salutations et serrement de mains, souhait de bonne route et coup de téléphone pour dire que je suis bien passé. « pour ma sécurité ».

Sélibabi, petite bourgade où j'arrive un peu avant midi, j'en fais un tour rapide malgré la chaleur puis mange une omelette et prend le frais sous une tente en bavardant avec de vieux sarakolé, en attendant que la chaleur tombe.
Je vais coucher à coté du poste de gendarmerie à quelque km de la ville.

2 novembre
En quittant le poste de police, j'ai du mal à trouver la piste de Kancosa à cause des travaux de la route qui ont bouleversé le paysage. j'avise un camp de chantier où je compte demander mon chemin mais ce sont des chinois qui m'ignorent, c'est comme si je n'existait pas.
La piste est magnifique et le restera jusqu'au bout avec énormément d'herbe jaune et parfois verte, là où la pluie est tombée. Le paysage est vallonné, la piste y serpente, très souvent ensablée car sous l'herbe est le sable. Des troupeaux de vaches paissent, transhument ou s'abreuvent, de plus en plus nombreux en gagnant le nord.
Les gens n'accourent pas pour me voir quand j'arrive mais si je descend de voiture pour demander mon chemin, surtout après avoir traversé un village, on me l »indique sans problème. De toute façon toutes les pistes mènent plein nord. On dirait à leurs réaction que certains jeunes n'ont jamais vu de blancs et ont peur de moi, un même s'enfuit à toute l'allure de son âne dès que je fais mine de m'arrêter.
J'arrive à Kancosa. En fait il y a deux Kancosa le 1 et le 2, je n-ai pas compris dans lequel j'étais mais je sais qu'il faudrait que je soit dans l'autre situé juste sur l'autre rive du cours d'eau que je suis en le devinant depuis un long moment.
Pour passer? _ la barque _ et la voiture? 100km pour aller de l'autre coté car il n'y a ni pont ni gué.
Je fais rapidement le point, je n'ai plus assez d'essence pour faire le détour rt garder une certaine réserve de sécurité. Donc cap plus au nord sur Kiffa. En chemin je cherche la piste qui pourrait me conduire plein sud sur Kayes mais ne la trouve pas.
Tout au long de la journée, je n'ai rencontré que 2 ou 3 personnes parlant quelques mots de français. Alors pour demander son chemin ? il suffit de répéter 2 ou 3 fois le nom de la destination et la réponse un vague geste de la main dans la direction à suivre.
Enfin Kiffa à la nuit tombante. Il m'aura fallut 12 heures pour accomplir les 200km séparant Sélibabi de Kiffa.
Aujourd'hui je n'ai pris en stop qu'un vénérable vieillard avec un sac de jute pour bagage, il allai de son village à une grosse bourgade, assez loin, il ne m'a pas dis un mot mais m'a chaleureusement remercié.

Et, me dirais-vous, la voiture, comment s'est-elle comportée au long de cette journée ?
merci pour votre question. Elle s'est très bien comportée, j'ai dû mettre en route le 4X4 une dizaine de fois pour quelques passage très sableux alors qu'en première elle refusait d'aller plus loin. elle s'est alors sortir toute seule du sable sans que je n'ai eu besoin de dégonfler. Quelle sécurité et tranquillité d'esprit. Sans cette voiture je ne me serais jamais engagé seul sur cette piste.

Admin
Admin

Messages : 96
Date d'inscription : 22/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://parisagadez.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Kaédi

Message par Admin le Lun 8 Nov - 13:41












Admin
Admin

Messages : 96
Date d'inscription : 22/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://parisagadez.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Divers

Message par Admin le Lun 8 Nov - 14:08

les maliens laveurs de linge à Kaédi au bord du fleuve Sénégal



Scénes au bord de la route ou de la piste.







M'bout le matin de bonne heure devant le restaurant



Village à l'approche de Sélibabi


Admin
Admin

Messages : 96
Date d'inscription : 22/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://parisagadez.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Sur la piste de Sélibabi à Kancosa Kiffa

Message par Admin le Lun 8 Nov - 14:43


























Admin
Admin

Messages : 96
Date d'inscription : 22/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://parisagadez.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Joie!

Message par Carole le Lun 8 Nov - 15:14

Bonjour Bernard,

Je suis à la campagne descendue voir mes parents et j'en profite donc pour lire les dernières mises à jour!

Les photos sont géniales! J'aimerai bien connaître l'histoire des deux hommes qui s'empoignent! Paysages magnifiques, on a vraiment hâte de vous rejoindre!

Les visas sont faits, il nous manque juste la malarone et on est bons! Encore une dizaine de jours et on sera àMopti! On vous embrasse bien fort, bonne route,

Carole et Lionel

Carole
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 6- Des nouvelles depuis Bamako (1ere partie)

Message par Lionel le Lun 8 Nov - 15:27

"il faudra que je me fâche pour qu'il aille voir ses camarades"

==> C'est pas la peine de mentir, on sait que tu peux pas te fâcher à ce point! ^^

Continue de nous abreuver de messages et de photos, c'est un vrai régal que de te suivre à distance...

Il faut maintenant que tu postes le trajet "Bamako - Mopti", ca me rassurera sur le fait que tu seras bien à l'aéroport.. :-)

Je t'embrasse!

PS : c'est de plus inquiétant cette histoire de chinois... les ressources naturelles, le rachat de terres pour y faire pousser des légumes en vue de les exporter et maintenant la construction des routes... Ou s'arrêteront-ils?

Lionel

Messages : 108
Date d'inscription : 28/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6- Des nouvelles depuis Bamako (1ere partie)

Message par Buquet Gérard le Lun 8 Nov - 20:05

Belles photos effectivement, L'afrique est toujours aussi accueillante et la rue est pleine de vie et de sourires.
Il manque surement des panneaux de signalisation, mais la recherche d'itinéraire pimente le voyage et permet de rentrer en contact avec la population.
Pour lionel: Peut être le sais tu on trouve de la malarone à 32.9€ au lieu de 45€ dans une pharmacie 145 rue de Rennes Paris
Tél: 01-45-48-97-25
GG

Buquet Gérard

Messages : 793
Date d'inscription : 12/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

salut bernard

Message par jérome le Lun 8 Nov - 23:09

surpris d'apprendre que tu es de nouveau partis en afrique. bon pour ce qui est des destinations j'connais un peu :-) mais pour ce qui est de la deuch comment ca se passe? le fesh fesh en acadiane 4*4 ca dis quoi? bon bein attendant la suite, bon voyage l'ami

jérome
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 6- Des nouvelles depuis Bamako (1ere partie)

Message par Cèl le Lun 8 Nov - 23:17

Haha, meme moi ça me dèpayse!

Belles photos, moi aussi je veux savoir l histoire de ces 2 hommes

Lionel a écrit:"il faudra que je me fâche pour qu'il aille voir ses camarades"

==> C'est pas la peine de mentir, on sait que tu peux pas te fâcher à ce point! ^^
je suis bien d'ac avec mon cousin!
avatar
Cèl

Messages : 344
Date d'inscription : 30/09/2009
Age : 36
Localisation : Bitérois!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6- Des nouvelles depuis Bamako (1ere partie)

Message par Bernard le Jeu 11 Nov - 13:04

Ces deux hommes ont voulu poser pour la photo et ont fait un simulacre de bagarre. On a bien rigolé !
avatar
Bernard

Messages : 1356
Date d'inscription : 24/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6- Des nouvelles depuis Bamako (1ere partie)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum